Publié par : Loutre | 9 mai 2012

Balade à dos de chameau


Bon, je sais, ce sont en fait des dromadaires. Les chameaux, eux, ont deux bosses. Il y a un simple moyen mnémotechnique pour le retenir :

  • Chameau, deux syllabes => deux bosses
  • Dromadaire, quatre syllabes => quatre bosses

Mais quoi qu’il en soit, on utilise au Tchad le mot chameau, tout simplement.

Vous ne trouvez pas que Lucky Luke a une gueule de dromadaire ?

 

Publié par : Loutre | 11 avril 2012

L’eau précieuse


Je vous rassure, l’eau a fini par revenir aujourd’hui… mais c’était long !

Publié par : Loutre | 17 mars 2012

Naissances !


Quatre petits chats sont nés cette nuit dans la jarre renversée de la cour. Ils s’appellent Pascal, Perl, Python et PHP (on ne se refait pas…).

Image

Vous voyez que même chez les chats, on ne s’approche pas des roux…

 

Publié par : Loutre | 17 mars 2012

Salon du logiciel libre à N’Djaména


Un salon du logiciel libre s’est tenu cette semaine à N’Djaména, dans la toute nouvelle Bibliothèque Nationale du Tchad.

La jeune tchadienne Kelou, aux cheveux tressés en nattes plates, symbole du pays

Au programme, install-partie, conférences, ateliers :

Programme des festivités

L’occasion de faire connaître les logiciels libres aux étudiants tchadiens, principaux participants de ces journées. Hélas, et c’est pire qu’ailleurs, les systèmes propriétaires vérolés et souvent piratés gangrènent presque tous les ordinateurs. Les gens n’ont pas de connexion Internet toujours disponible. Alors ils n’ont pas d’antivirus, ou bien ceux-ci ne sont pas à jour. Régulièrement, ils demandent à un ami « qui s’y connaît » de formater et de réinstaller une version naturellement piratée de Windows. Les informaticiens en sont donc malheureusement réduits à un rôle de helpdesk Microsoft, ce qu’aucun qui se respecte ne souhaite (comme c’est brillamment expliqué ici : http://ploum.net/post/36-je-ne-suis-pas-un-numero-de-hotline-je-suis-un-geek-libre ).

Ce genre de manifestation, une nouveauté dans le pays, est nécessaire plus qu’ailleurs. Les avantages intrinsèques du logiciel libre, contribuent aussi à réduire la fameuse « fracture numérique » : faible coût, accessibilité, robustesse, prise en charge de nombreuses langues.

Une participante en train de se connecter à une session Gnome

Un truc rigolo c’est de se faire appeler « Linus Torvalds » par les étudiants du salon… c’est plus jouissif que le « Sarko ! » que doit se coltiner le blanc dans la rue…

Au CEFOD j’introduis Linux en douceur. J’ai profité de l’installation d’une zone cyber-café pour installer Ubuntu sur les ordinateurs. L’argument décisif était de pouvoir permettre aux internautes d’insérer sans danger leurs clefs USB…

Publié par : Loutre | 15 mars 2012

Un problème africain


C’est un petit conte que m’a raconté un ami tchadien.

Il était une fois, dans un village de la Tandjilé, un chef qui possédait une bonne grosse vache. Les villageois, presque tous paysans, se plaignaient régulièrement (mais en secret) du bovidé. En effet, son vénérable propriétaire lui laissait le privilège de brouter où bon lui semblait, aussi le ruminant ne se gênait pas pour arracher les plus beaux légumes et dévaster les plus beaux potagers.

Las des dégâts quotidiennement occasionnés par la bête, un jour qu’elle fut excessivement vorace, les maraîchers se réunirent pour décider d’une initiative à mener. La meilleure chose à faire, leur semblait-il, était d’aller demander humblement au chef, qu’ils craignaient respectueusement, d’interdire à sa vache l’accès aux espaces cultivés.

Ils désignèrent Dieudonné, bon camarade mais pusillanime, d’aller porter cette doléance auprès du chef : « Oui oui ! assurèrent-ils, on est moralement tous avec toi ! ».

Ainsi poussèrent-ils Dieudonné dans la case du chef, accompagné de leur soutien indéfectible. La tête baissée, les yeux sur ses claquettes, Dieudonné engagea timidement la négociation :

— Euh… bonjour chef ! Belle journée, hein ?
— Bonjour, Dieudonné.
— La famille, ça va ?
— Ça va, ça va ! Mais viens-en au fait, je n’ai pas de temps à perdre avec toi. Que veux-tu me dire ?

Dieudonné se retourna, pour voir à l’extérieur ses camarades l’encourager de leurs gestes. Cela lui donna l’élan pour dire d’un trait :

— C’est votre vache !
— Ma vache ? Quoi ma vache ? Qu’a-t-elle ma vache, ma belle vache !

Dieudonné sentit toute l’eau de son corps s’évader à torrent de tous les pores de sa peau. Il ne lui restait qu’un peu de salive qu’il eut du mal à déglutir.

— Ta vache, euh… chef… ta vache, … elle est bien seule !
— Elle est seule ma vache ? Où veux-tu en venir ?

Ce qui restait de volonté au pauvre Dieudonné avait fini par s’évanouir, tout comme le comité de soutien qui l’avait accompagné.

— Oui chef, ta vache est bien seule, il lui faudrait un taureau ! s’exclama-t-il avec un sourire forcé.
— Quelle bonne idée mon Dieudonné ! Je te nomme mon Ministre de l’Agriculture !

Ainsi va l’Afrique !

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories